RSS

RDC/Angola: Conflit frontalier : Kinshasa et Luanda devant l’arbitrage de l’ONU

25 Oct

Par  Le Potentiel

Bagbeni Adeito : « La Convention de Montego Bay règle le différend entre la RDC et l’Angola »

Edwardo Dos-santosictoire

Edwardo Dos-santos

Les non-dits autour des expulsions des ressortissants congolais de l’Angola et des angolais de la RDC reposent entre autres sur la gestion des frontières maritimes. Mais pour l’ambassadeur Bagbeni Adeito, il n’y a même pas question de polémiquer : « La RDC réclame ses droits. La question des frontières maritimes a été résolue par la Convention de Montego Bay, en Jamaïque, depuis le 10 février 1982 ». Voilà un élément nouveau qui aidera sûrement les deux parties à parvenir rapidement à un compromis. Dans le cas contraire, seul l’arbitrage de l’ONU les départagera.

Un cadre de concertation, entre la RDC et l’Angola a été mis en place. Les négociations se poursuivent encore entre les représentants de deux pays en vue de parvenir, dans les meilleurs délais, à un compromis pour une cohabitation pacifique dans la région.

L’on se rappellera que depuis quelques mois, les relations entre la RDC et l’Angola ont été affectées par les expulsions des ressortissants de deux pays, de part et d’autre. Expulsions qui frapperaient les citoyens de deux pays en situation irrégulière. Malheureusement, il y a eu des débordements à telle enseigne que les autorités de deux Etats ont vite fait d’éviter des dérapages significatifs.

Mais bien avant ces expulsions, le problème des frontières avait également exigé des concertations entre le deux parties. L’on se souviendra bel et bien du cas Kahemba avec les « bornes frontières ». Auparavant, dans le cadre de la grande commission mixte, la question des frontières maritimes avait amené les gouvernements de deux pays à élargir leur cadre de négociations. C’est ainsi qu’en ce qui concerne l’exploitation des ressources pétrolières, on observe encore quelques couacs. D’où tous ces non-dits autour des expulsions des ressortissants de deux pays, de part et d’autre.

L’exploitation du pétrole y serait pour quelque chose.

Le Potentiel a rencontré l’une des personnalités à même d’apporter quelques éclaircissements sur les frontières maritimes. En effet, l’ambassadeur Bagbeni Adeito, puisque c’est de lui qu’ il s’agit, est une figure bien connue de la diplomatie congolaise, mais aussi africaine et internationale. Pendant quinze ans, il a été le représentant permanent de la République démocratique du Congo, alors Zaïre, auprès des Nations Unies.

L’un des moments les plus importants de sa carrière diplomatique, se situe pendant la guerre d’invasion du Koweit par l’Irak. C’est lui qui était le président en exercice du Conseil de sécurité de l’ONU. Il a donc eu à prendre de grandes décisions et à les assumer en ces moments là. En d’autres termes, on peut se permettre de dire que si l’Irak a été obligé de ne pas traduire en acte sa « funeste » décision d’annexer le Koweit, dans les couloirs des Nations Unies à New York, on le doit au Congolais Bagbeni Adeito, président du Conseil de sécurité en ces moments difficiles.

Autre moment important, c’est qu’il est l’un des acteurs qui ont élaboré la Convention de Montego Bay, quatrième ville jamaïcaine, laquelle convention a été ratifiée par les Etats membres de l’ Organisation des Nations Unies. Cette convention détermine les frontières maritimes et les droits des Etats côtiers.

L’ambassadeur Bagbeni Adeito faisait partie des négociateurs de cette convention au sein de la commission ad hoc des Nations Unies. Et l’accord est intervenu le 10 février 1982. 27 ans après, la République démocratique du Congo et l’Angola sont rattrapés par cette fameuse convention pendant que les deux pays mènent des négociations portant sur les frontières maritimes.

Abordé par Le Potentiel, l’ambassadeur Bagbeni Adeito a été suffisamment clair : « Il n’y a même pas question de polémiquer. La Convention de Montego Bay est un texte fondamental et applicable en matière de droit de la mer et liée aux questions portant exploitation des ressources halieutiques et des gisements des hydrocarbures. L’Angola ayant limité ses frontières, la République démocratique du Congo l’a fait également, le Congo ne réclame qu’à exercer ses droits. Cette Convention de Montego Bay a été signée le 10 février 1982 ».

ZONE D’INTERETS COMMUNS

Cette précision juridique est de taille. Elle pourrait permettre à l’Angola et à la République démocratique du Congo de faire avancer les négociations pour aplanir rapidement le différend.

Il est entendu que dans ces conditions, la question de la délimitation de la « Zone d’intérêts communs » reviendra inévitablement sur la table des négociations. Car si les deux pays respectent scrupuleusement la Convention de Montego Bay, dans son esprit et dans sa lettre, la création d’une « Zone d’intérêts communs » sera certainement sans objet.

En effet, chaque pays connaissant ses limites de frontières maritimes, prendra toutes les dispositions pour demeurer dans ses eaux et exploiter des ressources contenues dans ses limites territoriales. Forte de cette convention et de la délimitation des frontières maritimes, la RDC entend maintenant exercer ses prérogatives sur toute l’étendue de ses limites maritimes. Or, les discussions portent justement sur l’exploitation des gisements d’hydrocarbure avec la présence des entreprises pétrolières de l’Angola qui sont maintenant au-delà des limites angolaises.

Les négociations en cours devraient porter sur des voies et moyens de régler ce contentieux pour permettre à la RDC de rentrer dans ses droits. C’est le souhait des peuples des deux pays. Dans le cas contraire, Luanda et Kinshasa vont certainement recourir à l’arbitrage de l’ONU.

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2009 dans Uncategorized

 

6 réponses à “RDC/Angola: Conflit frontalier : Kinshasa et Luanda devant l’arbitrage de l’ONU

  1. Le Nationaliste Congolais

    26 octobre 2009 at 9:25

    Le gouvernement Angolais est totalement irresponsable et inhumain. Il profite de la faiblesse de l’armée Congolaise et de la situation politique quasi-incertaine de Kinshasa pour mener ses barbaries.
    Il ne se passe pas une semaine sans que les Congolais soient chassés violemment de l’Angola.
    Je crois que tôt ou tard l’Angola récoltera ce qu’il est entrain de semer. Même si mon commentaire ne sera pas publié au moins quelqu’un me lira et me donnera raison un jour(10 ou 15ans plutard) car des gens comme moi n’auront pas le temps de laisser un seul pied du soldat Angolais au Congo.

     
  2. Po na nini boye?

    26 octobre 2009 at 9:29

    Ba Angolais bazokisi biso mitema, ba bandi ko créer haine na ba Congolais contre eux. Bakofuta yango. Mi-23 ekosa bango té, d’ailleurs eza biloko ya kala, esila ngala.

     
  3. NZEBA

    28 octobre 2009 at 3:33

    DANS TOUT CA,QUE DISENT LES SADC,CEEAC ET UA ?
    CETTE BARBARIE DE DOS SANTOS QUE NOUS CONDAMNONS TOUS AUJOURD’HUI N’EST PAS DIFFERENTE DE CE QUE LES BUNDU DIA KONGO VOULAIENT FAIRE AUX AUTRES CONGOLAIS,NI DE CE QUE LES FANATIQUES DE L’UFERI ONT FAIT DES KASAIENS CHASSES DE LEUR KATANGA NATAL.IL FAUT DONC SOUVENT FAIRE ATTENTION AU RETOUR DE LA MANIVELLE.FAISONS DONC TOUS ENSEMBLE DES EFFORTS POUR BIEN INTEGRER LES NOTIONS DE LA MONDIALISTION QUI EST LA SOLUTION AUX CONFLITS SUR LES BIENS DE CE MONDE APPELE A DEVENIR UN VILLAGE PLANETAIRE.
    ET,NOUS CONGOLAIS NOUS N’AIMONS PAS NOTRE PAYS(NOUS LES DETRUISONS POUR ALLER MIEUX VIVRE AILLEURS).C’EST DONC UNE OCCASION EN OR POUR APPRENDRE A SE SACRIFIER POUR L’AMOUR DE LA TERRE DE SES ANCETRES.
    BONNE LECTURE ET BONNE COMPREHENSION.

     
  4. Malumba

    30 novembre 2009 at 5:11

    Chers frères et sœurs angolais et congolais, je ne sais que penser de cette mésaventure…
    Mais si vous voulez bien m’entendre, laissez moi vous faire part de ma vision des choses:
    D’une part, en ce qui me concerne, je réside en France depuis 20 ans, ayant quitté la RDC, ma patrie chérie, à l’age de 6 ans.J’ai connu toute sorte d’humiliation raciste, si bien que je ne tolère pas la discrimination.
    Qui au nom de quoi m’interdirait d’aller et venir ou bon me semble dans ce monde de Dieu?
    Angola ou Congo, nous sommes tous des Bantous avec une culture et des racines communes.
    Quand bien même ce serait des Etats différents, Etats je rappelle créés par des colons européens pour des intérêts européens, les citoyens de CE PEUPLE, car il n’y en a q’un seul, sont innocents de toute décision politique, dont d’ailleurs, les intérets ne reviennent qu’à ces « mafieusards » de politiciens. SI,Si!
    Donc, à en dire court, ma génération a pâti de la non gérance de ses ainés, c’est pourquoi elle dit aujourd’hui STOP.
    Ma mère est de Brazza, mon Père d’Angola, Je suis né et finirai ma vie a Kin la belle, même si on m’a naturalisé français.Face à ce déluge, je ne sais ou me positionner, mais ce dont je suis sur, c’est que je suis un patriote africain mes frères et l’Afrique a trop souffert: elle a besoin de nous!!!

     
  5. patriote

    30 janvier 2010 at 1:57

    L’Angola est un grand amie du congo mais à ce temps ci le president Angola est tombé dans l’orgueille pour anéantir la RDC mais il devra bien reflechire car la RDC est trés proche du CABINDA que l’angola et la RDC est un acteur determinant pour le contrôle par l’Angola du CABINDA.

    La RDC par les colonisateurs a ceder l’angola le CABINDA avec toute ces pontentialité en pétrole mais l’Angola par l’orgueille ne veut pas nous laisser notre petrole au zone maritime congolais; c’est injuste. si l’Angola arrive a comprendre que les bonnes relations entre la RDC et son pays est primordiale pour le CABINDA; il va laisser notre zone maritime conformement à la convention de 1982. car elle est demontré clairement que cette zone nous appartiennent.

     
  6. SHENGE

    24 décembre 2010 at 1:57

    Je crois que tôt ou tard l’Angola récoltera ce qu’il est entrain de semer. Car tout ça Le gouvernement Angolais se montre ou prouve vraiment qu’il est irresponsable et inhumain.
    En quelle que sorte ou toutefois c’est ne pas leur faute, la faute retombe sur nos soit disant colonisateurs. Car ils étaient tellement amoureux de l’or, diamant et tant d’autres minerais du sous – sol tout en négligeant le plus précieux de tous les minerais qui est donc le pétrole « l’or noir ».
    N.B : LE PETROLE JOUE TROIS ROLE IMPORTANTS A SAVOIR :
    * SOURCE DE L’ENERGIE
    * SOURCE DES REVENUS
    * MATIERE PREMIERE
    Je suis Etudiant en R.D.Congo. J’ Etudie le pétrole et d’autres type resources énergétiques. Le Pétrole c’est mon domaine. Eh ben … JOYEUX NOEL A TOUS ET BONNE ANNEE 2011… ***

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :