RSS

RDC: au moins 73 morts dans le naufrage de deux barges sur un lac (CICR)

28 Nov

Source:  AFP

Bateau-pousseurAu moins 73 personnes sont mortes lors du naufrage de deux barges attachées l’une à l’autre, mercredi soir sur un lac dans l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris samedi auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« Jusqu’à vendredi soir, nous avons dénombré 73 morts et 276 rescapés. Il y a probablement encore des corps coincés sous les barges qui ont coulé », a déclaré à l’AFP le directeur du CICR en RDC, Dominique Lutula.

Les deux barges, qui étaient attachées l’une à l’autre selon lui, ont coulé mercredi soir sur le lac Mai-Ndombe, situé dans la province du Bandundu (ouest).

« Il y a 200 secouristes du CICR sur les berges du lac qui est très vaste, plus d’autres personnes, qui s’occupent de récupérer les corps, dont certains ont déjà été enterrés. Nous sommes aussi en train d’encadrer les rescapés », a ajouté M. Lutula.

Le lac Mai-Ndombe, situé à environ 400 km au nord-est de la capitale Kinshasa, s’étire sur 120 km de long avec une partie plus large d’une cinquantaine de km.

Selon la radio Okapi, parrainée par l’ONU et qui cite des autorités locales, le naufrage a eu lieu par un vent violent vers 20H00 locales (19H00 GMT). Les embarcations appartiendraient à une société d’exploitation forestière qui transportait notamment des grumes, et les passagers seraient des clandestins.

Le lac Mai-Ndombe, les rivières et le fleuve Congo sont des moyens d’accès très utilisés dans le nord du Bandundu, couvert par la forêt équatoriale et tropicale.

Le transport fluvial est l’un des plus usités en RDC, qui dispose de nombreux cours d’eau – le plus important étant le Congo long de 4.700 km – et lacs, où les naufrages sont fréquents, le plus souvent à cause de la surcharge des embarcations.

Il est souvent difficile de connaître le nombre total de passagers à bord des embarcations.

Outre la surcharge, les causes des accidents proviennent du mauvais balisage des voies navigables, de l’absence de signalisation des bateaux et de l’inexpérience des pilotes. La plupart des embarcations ne remplissent aucune condition de sécurité (gilets, bouées de sauvetages, signalisations lumineuses, etc.).

En septembre, plus de 250 personnes étaient mortes lors de trois naufrages survenus en trois semaines sur des cours d’eau de la RDC.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2009 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :