RSS

RDC: l'ONU demande le retrait d'officiers congolais avant d'appuyer l'armée

11 Fév

Source: AFP

DRCONGO-URUGUAY-TROOPSLa force de l’ONU en RDC (Monuc) a conditionné son soutien à l’armée de Kinshasa dans une nouvelle opération contre les rebelles hutu, au retrait de certains officiers congolais soupçonnés de violations des droits de l’Homme, a-t-on appris mercredi de sources onusiennes.

Trois commandants d’unités sont actuellement visés par la demande de la Monuc qui attend la réponse des Forces armées de la RDC (FARDC), a précisé une source onusienne à l’AFP.

La Monuc a dit aux FARDC « qu’elle ne pouvait pas travailler avec » ces officiers, dans le cadre de l’opération « Amani Leo », qui aurait dû commencer début janvier contre les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), a ajouté cette source sous couvert d’anonymat.

Pour cette opération, « il y a tout un processus lié aux conditions du soutien » au FARDC, a expliqué mercredi lors d’un point-presse le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

« On doit identifier les bataillons et les commandants (FARDC) impliqués (…) Il doit y avoir une planification conjointe entre les FARDC et la force de la Monuc, puis un ordre conjoint signé par les deux. Après, les instances civiles et militaires de la Monuc doivent approuver le soutien aux FARDC », a-t-il détaillé.

« C’est un processus un peu lent et en effet il ralentit un peu les opérations sur le terrain. Mais cela doit être fait avant que les opérations proprement dites débutent », a ajouté l’officier.

Amani Leo, initialement prévue pour se terminer en mars, est la suite de l’opération Kimia II menée de mars à décembre 2009 contre les FDLR, présents aux Nord et Sud-Kivu (est).

Kimia II, conduite par les FARDC soutenues par les Casques bleus, a été vivement critiquée par les ONG et des experts indépendants pour avoir causé la mort de centaines de civils, sans parvenir à démanteler les FDLR. Ces dernières mais aussi des unités congolaises avaient été accusées d’exactions.

Dans le nouveau mandat de la Monuc, renouvelé fin 2009 jusqu’au 31 mai prochain, le Conseil de sécurité a précisé que le soutien aux opérations des FARDC devait être « strictement conditionné au respect du droit humanitaire international et des droits de l’Homme ».

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 février 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :