RSS

Papa Wemba : « J'ai demandé au pape de prier pour ma famille et mon pays, la République démocratique du Congo »

14 Fév

Par Robert Kongo,(le Potentiel)

wembaamazone

Wemba et Amazone

Le 13 janvier dernier, le chanteur Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, alias Papa Wemba et son épouse Marie-Rose Luzolo, autrement dit Amazone, ont été reçus au Vatican par le pape Benoît XVI. Au cours de cet entretien qu’il a accepté d’accorder à notre correspondant en France, Robert Kongo, la star internationale de la rumba congolaise parle de cette visite qui a profondément marqué son couple. Mais aussi de son métier, la musique.

Vous avez été reçu avec votre épouse par le pape Benoît XVI au Vatican, le 13 Janvier dernier. Comment avez-vous pu décrocher ce rendez-vous ?

L’année dernière, j’avais participé au synode des évêques à Rome. J’y étais invité pour animer cette réunion. C’est à cette occasion que je fis la connaissance du père Federico Lombardi, le porte-parole du pape. Je lui ai formulé mon souhait de rencontrer le Saint-Père. Deux mois après notre entrevue, il me rappelle pour m’informer que ma demande a été acceptée par le saint-siège. Deux dates m’étaient ainsi proposées : le 17 décembre 2009 ou le 13 janvier 2010. J’ai opté pour la seconde proposition. J’y suis donc allé avec mon épouse, un de nos enfants et un de nos petits enfants.

Quel était l’objet de votre visite chez le Souverain Pontife ?

Ma démarche est avant tout chrétienne. J’ai tenu à rencontrer le pape pour lui demander de prier pour ma famille et pour mon pays, la République Démocratique du Congo. Ce que j’ai fait. Il nous a bénis et a promis de prier pour notre pays qu’il pourra visiter dans les mois à venir.

Qu’avez-vous ressenti à l’issue de cette rencontre ?

Un sentiment de plénitude. C’est une chance pour mon épouse et moi d’avoir rencontré le pape, de lui serrer la main, de lui parler et de l’écouter, à son tour, nous parler. C’est vraiment une aubaine. Nous étions placés au premier rang avec les évêques venus, eux aussi, rencontrer le pape. Nous étions les invités privilégiés du pape. Cette visite nous a profondément marqué.

Y’aurait-il un lien entre le titre de votre prochain album « Notre Père » et la visite que vous venez d’effectuer au Vatican ?

Non, il n’ y a aucun rapport entre les deux faits. Ce titre a été trouvé bien avant notre visite chez le pape. Les gens ont tort de spéculer sur ce qui n’est pas une vérité.

Depuis un moment, vous avez gardé le silence. La musique est toujours votre activité principale ?

Oui, bien sûr ! A part la musique, je n’ai pas embrassé une autre carrière. Mais si d’aventure, les autorités congolaises me proposent un poste à responsabilité pour servir mon pays dans le domaine qui est le mien, c’est-à-dire la culture, je ne refuserai pas. Je suis preneur. En attendant, je continue de faire la musique. Mon silence n’est qu’une stratégie personnelle : j’ai voulu reprendre un peu d’élan pour mieux sauter. Maintenant, tout va très bien. Je suis au studio pour réaliser mes deux prochains albums : «Notre Père », un album World et «Kemafumbe», un album communautaire. Le premier devrait sortir avant l’été. Le second, à l’automne prochain. Les deux albums sont produits par M. Chedli. Il est Comorien.

Quel regard portez-vous sur la musique des jeunes congolais qui se proclament d’une autre génération ?

Nos jeunes font de la bonne musique et cela marche très bien. Je suis plein d’admiration pour ce qu’ils font. C’est leur époque. Nous avons connu la nôtre, nous aussi. Simplement, en tant qu’aîné, si j’ai un conseil à leur prodiguer, c’est leur demander de faire de la concurrence loyale. Il faut qu’ils entretiennent un esprit d’émulation et éviter des polémiques stériles qui n’honorent pas notre musique. N’oublions pas que nous sommes aussi des éducateurs. Nous avons donc l’obligation de tenir notre rang. Pour ma part, à 60 ans, je n’ai plus droit à l’erreur. Par exemple, mon langage d’hier ne sera plus celui d’aujourd’hui. Il faut que je me contrôle et user d’un langage correct et net. 60 ans, c’est l’âge de la maturité, de la sagesse

Quels sont vos projets, Papa Wemba ?

J’ai des projets plein la tête. A court terme, je tiens à terminer mes deux prochains albums dont je viens de vous parler. C’est ma préoccupation du moment.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 14 février 2010 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Papa Wemba : « J'ai demandé au pape de prier pour ma famille et mon pays, la République démocratique du Congo »

  1. BABY LOVE

    15 février 2010 at 10:37

    TOUT à FAIT D ACCORD AVEC PAPA WEMBA ,IL A FAIT SON TEMPS ET ,IL VECU CHAQUE MOMENT .
    CET HOMME N A PLUS RIEN A PROUVER ,IL A EU UNE VIE RICHE ET BIEN REMPLIE.
    IL N ‘A RIEN A ENVIER AU JEUNES GENERATION QUI BIEN SUR FONT DU SUCCES MAIS NE FAIRONT SANS DOUTE PAS UN SI LONG PARCOURT A SUCEES QUE PAPA WEMBA.
    JE RESPECTE BEAUCOUP PAPA WEMBA ET JE SUIS FIERE DE LUI

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :