RSS

Processus délocalisé

12 Août

Par Willy Kabwe

Impassible. Imperturbable. Intrépide. Voilà ce que fut la CEI, voici ce qu’elle demeure. Insensible aux critiques. Quand elle a choisi sa voie, elle la suit inéluctablement et inexorablement. Regardant droit devant elle, tel un robot. Zut ! Honni soit qui mal y pense.

Pourquoi ? Parce que c’est une ligne de conduite qui n’appelle ni commentaires ni retouches. Les grognards et autres opposants à la publication du calendrier de prochaines élections générales sont en train d’en faire l’amère expérience.

Au lendemain de leurs réactions, la CEI a fait la sourde oreille. Elle a ignoré tout et tout le monde. N’existe que ce ou celui qui s’aligne. Ne compte que ce ou celui qui se met au pas. « To be or not to be ». Les autres n’ont qu’à bien se tenir au risque de retomber dans les lamentations de 2006.

Très tactique et stratège devant Dieu, la CEI a tout de suite mis en marche son offensive de charme. Cela pour court-circuiter tous les empêcheurs de tourner en rond. Première cible : la société civile. Celle-là même dont la représentation dans la CENI a été jugée inutile et inopportune.

Mais en fait de société civile reçue par l’inamovible président de la CEI, il s’est agi plutôt d’un de nombreux pans de cette plurielle et hétéroclite société si vile dénommé Cadre de concertation de la société civile pour l’observation des élections (CDCE).

Les conclusions de cette rencontre sont livrées par la CEI dans un tract baptisé pour la circonstance « matière d’information ». Innovation terminologique destinée à bourrer le mou au souverain primaire ? Difficile à dire. C’est la marche d’un TGV qui double les petites gares.

La « matière d’information » renseigne que le CDCE a compris les explications fournies par la CEI, et par voie de conséquence, il leur a été promis un financement pour la vulgarisation du calendrier électoral et autres activités de sensibilisation. Belle récompense. Autre information livrée par la « matière d’information » c’est que, aujourd’hui comme hier, les élections seront financées à ¾ par les partenaires extérieurs. Où est passée l’appropriation du processus électoral tant déclinée ?

Mais l’information capitale, c’est que le calendrier électoral a été concocté à New-York. La CEI s’est contentée de l’endosser sans autre forme de procès. La Bible dit que la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit. L’histoire se répéterait-elle ? Quelques lois de la présente législature ont suivi le même tracé. Quid ? Le processus reste délocalisé.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 12 août 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :