RSS

WikiLeaks : Washington place la région des Grands Lacs sous haute surveillance

30 Nov

Source: JA

-Un des télégrammes diplomatiques publiés par WikiLeaks dimanche détaille les demandes de renseignements confidentiels faites par l’administration américaine à ses diplomates de la région des Grands Lacs. Washington a réclamé, par exemple, des recueils biométriques (ADN, scanner des yeux…) concernant les dirigeants de la région, ainsi que des informations très détaillées sur les armées et groupes rebelles de la région.

La liste des informations sensibles réclamées par Washington à propos du Burundi, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda paraît infinie. Dans un document de 10 pages, publié par WikiLeaks dimanche, l’administration américaine a détaillé, en avril 2009, tous les renseignements sensibles dont elle estimait avoir besoin sur la région. Le document est classé « secret d’État » et « noforn », ce qui signifie No Foreigners (non transmissible à des étrangers).

Selon la diplomatie américaine, les deux enjeux clés qui se distinguent sont les « ressources minières » et « les séquelles du génocide ».

En application de la directive National Humint Collection (« Humint » pour « Human Intelligence », renseignement humain), émise par le secrétariat d’État américain dirigé par Hillary Clinton, une foule d’informations est demandée aux agents américains sur le terrain.

« Les rapports biographiques informels par e-mail et autres moyens sont vitaux pour les efforts de collecte de la communauté [du renseignement] », explique le texte en introduction pour motiver ses troupes.

Jusqu’à l’ADN des dirigeants

Il est demandé aux agents de recueillir toutes les informations possibles sur les « personnes liées à l’Afrique des Grands Lacs. (…) Numéros de téléphone, de portable […], répertoires de téléphones [sur CD-Rom ou format électronique si possible] et de comptes e-mail, […] numéros de cartes de crédit, numéros de cartes de fidélité des compagnies aériennes, agendas de travail,  et autres informations biographiques utiles. »

Dans la section consacrée aux leaders politiques, les demandes vont encore plus loin. Les agents sont priés, de s’informer sur « l’état de santé, les opinions à propos des États-Unis, […] l’appartenance ethnique [tribale et/ou clanique] » des personnages clés ou émergents dans la « politique, l’armée, les renseignements, l’opposition et les leaders ethniques, religieux et économiques ».

« Les données devraient inclure […] les empreintes digitales, images faciales, ADN et scanner de l’iris » de ces personnes. Et on se demande quelles techniques étaient employées pour recueillir ces informations, notamment ADN et scanner de l’iris, à l’insu des intéressés…

Le Rwanda au centre des préoccupations

Le télégramme réclame en outre des informations sur les relations entre les États de la région, « en particulier » entre « Kigali et Kinshasa, et Kampala et Kinshasa ».

Le Rwanda est particulièrement présent dans le document. Kigali est remercié pour ses réponses aux services américains (le texte renvoi sur ce point à un autre télégramme pas encore dévoilé par WikiLeaks). Mais Washington veut aussi obtenir des informations sur la participation aux « violations des droits de l’homme », telles que des « assassinats extrajudiciaires » du Front patriotique rwandais (FPR, le parti du président Paul Kagamé), ainsi que des forces « paramilitaires » locales, de la « police » ou encore « de civils tutsis contre des Hutus ».

La diplomatie américaine veut aussi en savoir plus sur les divisions à l’intérieur du « cercle restreint autour du président Kagamé ».

Particulièrement concentré sur les données ethniques, le secrétariat d’État veut savoir quel rôle elles jouent sur la « prise de décision », dans les « armées », les groupes terroristes, ou encore les réfugiés…

Il veut aussi obtenir des informations d’une extrême précision sur les forces armées, « les détails des installations militaires comme les bases aériennes et les camps de soldats, les équipements militaires, dont le nombre, le statut opérationnel, et leurs activités d’acquisition/rénovation ».

Ennemis et rivaux

Dans le domaine militaire, les agents sont priés de fournir des détails sur les relations des pays de la région avec d’autres pays étrangers, « en particulier la Chine, la Libye, le Soudan, la Corée du Nord, l’Iran, la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie et les autres ex-pays du bloc soviétique ».

Cette préoccupation face à ses rivaux ou ennemis dans la région transparaît à d’autres niveaux. On s’intéresse ainsi aux « détails du commerce, de l’aide et des investissements » de Pékin, en particulier dans le secteur des mines. Mais aussi à ses aides concernant la mise en place de systèmes de télécommunications ou encore à la perception qu’en ont les gouvernements de la région.

Les activités de la France ou encore de l’Iran dans la région sont aussi étudiées de près.

Dans le secteur des mines, « le diamant, le cuivre, le cobalt et l’uranium », dont on veut connaître « le nombre, les emplacements, les statistiques de productions et les revenues générées », sont sous surveillance.

Washington cherche aussi à savoir dans quelle mesure les divisions « ethnique, tribale, religieuse et régionale pourraient attirer les groupes terroristes régionaux » et quelles sont les opinions des gouvernements à leur égard.

Plus étonnant, les Américains veulent connaître les sentiments des gouvernements de la région envers la « nourriture génétiquement modifiée et la propagation de récoltes génétiquement modifiées. » L’économie d’un pays n’est jamais totalement détachée de ses objectifs en matière de renseignement…

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le 30 novembre 2010 dans Uncategorized

 

Une réponse à “WikiLeaks : Washington place la région des Grands Lacs sous haute surveillance

  1. Izy

    1 décembre 2010 at 7:10

    A lire cette article, il semble que wikileaks est cente’ sur lAfrique des grands lacs. Que non, tout le monde a eu son wikileak. Sarkozy = le petit maigre et empereur nu; Hammadenjad(Iran) = le Hitler; Medvedev (Russia)= la marionnette de Putin(le vrai president); Kim Il Sun (N.Korea) = le petit vieillard. Ce rapport remonte a l’administration Bush; l’actuelle administration aura du mal a remonter le credit de la diplomtie. Que les africains ne se laissent pas distraire sur ce qu’il ne comprennent pas. Et puis Washington a perdu la majorite de son influence sur les affaires du monde depuis la crise financiere de 2010…The power is shifting from the West to the East. D’ici a 2020, l’Aigle(USA) va ceder le trone au Dragon(China). Aujourd’hui je viens d’apprendre que la Chine et la Russie viennent de quitter la zone dollar.Ceci aura bien d’implications… sans compter le risque d’inflation du dollar depuis l’impression de $600 millard. « Weak »leak nous distrait. Washington a deja perdu sa puissance, la recession vient d’entre dans la depression, le pire arrive bientot…Il y a maintenant bcp de grand dans le monde. Voyez comment USA a ete mise en minorite’ a Seoul 2010(G20).Pas plutard la semaine passe’, j’ai lu le palmares des grands de cette annee(2010): le president Hu(China) est en tete(= No1); President Obama = No2. C’est tout dire.
    Lisez le livre de Martin Jacques : « When China rules the world » the declin of western empire(2009). Avec l’avenement du Dragon que peut valoir wikileaks? C’est l’argent qui controle le monde ; Pekin en a, Washington en manque…Comprend qui veut!

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :