RSS

Tête-à-tête Tshisekedi-Kamerhe pour l’unité d’action des forces du changement

21 Fév

Par  Le Potentiel

Le leader de l’Udps voit le pouvoir à la portée de l’Opposition pour une alternative crédible. Il réitère son appel vibrant à toutes les forces du changement de le soutenir à sa candidature à la magistrature suprême.

Au cours de la conférence de presse tenue hier dimanche 20 février dans sa résidence de Limete, le président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social est longuement revenu sur l’unité d’action des forces acquises au changement.

L’heure a sonné, affirme Etienne Tshisekedi, de voir enfin les choses changer dans ce pays : « J’affirme aujourd’hui que le pouvoir est à la portée de l’opposition pour une alternative crédible. Voilà pourquoi le peuple congolais doit bien mesurer les enjeux électoraux à venir. »

Dans un franc parler, l’homme est resté le même. Sa candidature, argumente-t-il, comme pour présenter son programme, procède d’une volonté inébranlable d’installer dans ce pays une gouvernance stable politiquement, fiable économiquement et solidaire socialement, afin que, débarrassées des tares de la corruption et autres antivaleurs, les générations présentes et futures puissent, dans un monde interdépendant, intérioriser les notions d’intérêt général, de bien commun et d’amour du prochain.

Avec ou sans l’approbation de toute l’Opposition, Tshisekedi se dit déterminé à aller jusqu’au bout, et croit-il, réussir même en solitaire. Le sphinx de Limete se donne deux temps. D’abord, celui de refaire le toilettage interne de son parti, ensuite de s’employer à la formation d’une plate-forme commune de l’Opposition : « Je crois qu’il est possible de constituer une plate-forme commune pour une lutte commune et avec des objectifs précis. Je ne suis pas de ceux qui disent qu’il est impossible d’avoir une plate-forme commune. »

Dans la suite de sa lecture générale de la situation au pays, Tshisekedi a qualifié de catastrophique la situation sécuritaire, sociale et le climat des affaires, avant de dénoncer la confiscation des medias publics, et les obstacles tendus à l’Opposition à s’exprimer librement dans les espaces publics.

A ce sujet, d’une quelconque manœuvre, de la modification de la loi électorale, l’homme septuagénaire est confiant, en réponse à une question sur l’éventualité de son exclusion à l’élection par cette loi: « La seule arme que j’ai, c’est le peuple j’ai tout dit »

C’est à ce peuple qu’il appelle à la responsabilité, que Tshisekedi tient à tenir avec ou sans autorisation de l’autorité compétente, son meeting le 24 avril prochain au stade Tata Raphaël : « Je dis que le 24 avril, jour de la proclamation du multipartisme par le pouvoir de Mobutu, nous irons au stade Tata Raphaël, et je n’ai sollicité à cet effet l’accord de quelqu’un. Nous irons par la volonté du peuple. »

VITAL KAMERHE REÇU PAR ETIENNE TSHISEKEDI

Bien avant ce rendez-vous qui a mis le président de l’UDPS en face d’un nombre impressionnant effectif des journalistes de la presse locale et étrangère, l’ambiance ensoleillée a dominé au devant de sa résidence. Dans un engouement sasissant, des arrivées des combattants, des invités et de la presse, beaucoup de gymnastique procédurale s’impose pour franchir les seuil de la résidence. C’est pendant cette confusion qu’arrive une jeep Mercedes noire fumée, avec à son bord le président de l’Union pour la nation congolaise. La jeep réussit à peine à franchir le portail, dans une timide protestation des combattants qui ont bien vu à bord, l’ex-speaker de la Chambre basse du Parlement.

Pendant plus d’une heure, Vital Kamerhe s’est entretenu en tête-en-tête avec Etienne Tshisekedi wa Mulumba, au moment où ses autres compères présidents des partis politiques arrivaient et étaient installés sous la paillote à coté de la place où devait se poster le leader de l’UDPS pour sa conférence de presse. Les deux hommes ont-ils aplani leurs divergences sur la candidature unique de l’Opposition, en occurrence celle d’Etienne Tshisekedi ? Personne de deux n’a pu dévoiler le menu de leur échange. Vital Kamerhe au sortir du bureau de son hôte, s’est abstenu de tout commentaire. De même Tshisekedi, à une question posée sur cette rencontrepar un confrère lors de la conférence, répond en une phrase, et avec beaucoup de dose d’ambiguïté : « Les dirigeants politiques peuvent toujours échanger ».

Il apparaît sans nul doute que l’Opposition politique doit encore tourner, et peut-être le plus longtemps possible comme toujours, autour des tractations pour définir l’option finale à lever sur la candidature unique.

PITSHOU MULUMBA

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 21 février 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :