RSS

AMP, Opposition, Société Civile…Nouvelle « table ronde » en Afrique du Sud

10 Mar

Par Le Phare

-L’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP), l’Opposition politique et la Société Civile vont débattre, ce jeudi 10 et vendredi 11 mars 2011 en Afrique du Sud, des règles du jeu indispensables à la tenue d’élections réellement libres, démocratiques et transparentes en République Démocratique du Congo. Contrairement à ce qui se racontait dans certains cercles politiques, il ne s’agit pas de négociations en rapport avec le projet d’une nouvelle transition politique, du genre « Sun City/bis ».

Selon « Afrimap » (Projet pour l’observation et le plaidoyer sur la gouvernance en Afrique), qui est l’initiateur de la rencontre, les participants (au nombre de 29) vont prendre part, du 10 au 11 mars à Johannesburg, en Afrique du Sud, à un atelier dont le thème central s’intitule : « Participation à la vie politique en RDC).

Des officiels sud-africains ainsi que des diplomates basés à Johannesburg y sont également attendus. Les délégués de l’AMP, de l’opposition politique (institutionnelle et extraparlementaire) et de la Société civile seront ensuite confrontés aux membres de la diaspora congolaise le samedi 12 mars à Wits University de Johannesburg. Les échanges devraient s’articuler autour des questions qui préoccupent le plus les Congolais résidant en territoire sud-africain.

Une charte préélectorale en chantier
Les principaux objectifs poursuivis par l’atelier de Jo’burg sont de trois ordre : 1°) dégager le consensus sur les acquis de la Troisième République (2000-2011) ; 2°) développer une liste d’obligations minimales à observer par le politique et le citoyen ; 3°) convenir d’un mécanisme de préservation de ces acquis lors des échéances de 2011.
Au terme de tous les échanges, les recommandations à arrêter à cette occasion seront coulées en « Acte d’engagement » ou « Charte à servir la Nation » que la Société Civile se charge d’améliorer et de finaliser au mois d’avril prochain à Kinshasa. Cette charge devrait être signée librement par les parties prenantes au processus électoral de 2011 et vulgarisée avant la tenue des élections.
Selon le programme de travail parvenu au Phare, la modération de cet important forum sera assurée par Hubert Tshiswaka, point focal d’OSISA en RDC, tandis que le panel des rapporteurs sera composé de  Love Mayimona Kimbi, Irène Esambo, Martin Munyangai et Jean B. Ndundu, tous de la Société Civile.
Cette « table ronde » est motivée, selon « Afrimap » toujours, par la persistance de la crise politique en République Démocratique du Congo, laquelle remonte aux années ’90. Cette crise puise ses racines dans la violation des principes fondamentaux qui fondent la démocratie et la faible participation politique des citoyens à la vie de leur pays. Selon une étude que vient de rendre publique Afrimap, laquelle porte sur la gouvernance démocratique en RDC depuis les élections de 2006, la participation des Congolais aux affaires publiques reste marginale.

Syndrome du mobutisme

Il est à espérer que la classe politique et la société civile congolaises vont jouer franc jeu dans l’application de la « Charte à servir de la Nation » qu’elles sont appelées à concevoir et formaliser elles-mêmes. Si elles peuvent se montrer suffisamment honnêtes face aux règles du jeu qu’elles comptent s’imposer elles-mêmes, les Congolais pourraient rêver d’un processus électoral apaisé. Pour ce faire, l’on ose croire que les chefs des partis et plates-formes ainsi que les différentes « autorités morales » qui régentent le microcosme politique congolais ont donné à leurs délégués les pleins pouvoirs pour les engager à Johannesburg d’une part et d’autre part, qu’ils ne vont pas se rebiffer à l’heure de passer aux actes, à l’image de feu Maréchal Mobutu.
Ce dernier, se souvient-on, donnait l’impression d’être un chaud partisan des solutions consensuelles, mais aussitôt après qu’un consensus était obtenu, il était le premier à le renier, sous prétexte qu’il n’avait pas donné mandat à ses émissaires de prendre l’engager dans les termes contenus dans le document porteur du compromis politique. De remise en question en reniements d’accords politiques, on en est arrivé à une interminable transition heureusement cassée le 17 mai 1997 par Mzee Laurent Désiré Kabila et ses alliés militaires de l’Afrique Centrale et de la sous-région des Grands Lacs.

La liste des participants

La liste des participants pour les partis politiques, se présente comme suit :  Jacquemain Shabani (UDPS), Thomas Luhaka (MLC), Louis Koyagialo (PPRD/ AMP), Vital Kamerhe (UNC), Dr Mbakata (Palu), JC Vuemba (MPCR), André Atundu (CDR), Kisanga (ARC), Franck Diongo (MLP), Jean-Louis Kyaviro (RCD/ML), Roger Lumbala (RCD/N), Lusenge (RCD/ML), Lisanga Bonganga (CCD), Francis Mbengama (Codell), Remy Mayazola ( FLNC), Moise Nyarugabu (RCD/Goma).
La société civile aligne : Pascal Kambale, Roger Mvita, Hubert Tshiswaka, Jérome Bonso, Irène Esambo, pasteur Madifuta, Rachel Mashanga, Abrahama Diamba, Jean-Baptiste Ndundu, Flavien Musitu, Gerald Misambu, Jonas Tshiombela et Grâce Lula.
Kimp

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 10 mars 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :