RSS

L’Homme moderne a bien une origine Africaine unique

17 Avr
Par Joël Ignasse (Sciences et Avenir.com)

Mais d’où vient donc l’Homo sapiens ? D’Afrique et uniquement d’un seul secteur subdésertique répondent des chercheurs de l’université de Cambridge.

-Deux grandes hypothèses sont généralement citées quand on parle de remonter à nos premiers parents. Celle de l’origine unique qui situe le départ de la civilisation humaine dans un berceau africain. Opposée à celle de l’émergence multiple qui affirme que différentes populations indépendantes ont évolué de l’Homo erectus vers l’Homo sapiens un peu partout sur la surface du globe. Jusqu’ici, il était bien difficile de trancher et de répondre à une question dont la trame s’est déroulée il y a près de 100 000 ans.

Des paléontologues tenaces après maintes analyses semblent apporter une réponse définitive. Selon eux, L’Homo sapiens est né en Afrique subdésertique. C’est grâce à une vaste étude génétique et archéologique qu’ils ont pu trouver des éléments déterminants. Ils ont ainsi étudié la diversité génétique des populations humaines autour du monde ainsi que plus de 6000 crânes antiques dispersés sur toute la planète. Leurs résultats seront publiés dans la revue Nature datée du 19 juillet.

Leur analyse montre que plus on s’éloigne du berceau africain supposé et moins la diversité génétique est grande. Ce qui figure bien l’image d’une population migrante partant d’Afrique et qui à travers ses pérégrinations perd une partie de ses individus, c’est-à-dire une part de sa diversité génétique. L’étude des cranes confirment cette hypothèse : le plus haut taux de variations morphologique est retrouvé parmi l’échantillon provenant d’Afrique du sud-est. Et il diminue au même taux que les données génétiques en fonction de l’éloignement d’Afrique.

C’est donc l’hypothèse de l’origine unique ou « out of africa » qui se trouve ainsi validée. L’Homo sapiens serait donc apparu en Afrique sub-saharienne il y a 150 000 ans environ pour partir à la conquête de l’Asie et de l’Europe. C’est lors de cette troisième grande migration humaine que l’Homme moderne supplante les populations archaïques restantes.

Joël Ignasse
Sciences et Avenir.com
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 17 avril 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :